Nécessité de professionnaliser l'E-sport en Belgique

Ncessit de professionnaliser l'E-sport en Belgique

15 septembre 2020

Une explosion du nombre de consommateurs d’e-sport est observée en Europe y compris en Belgique à cause de la période du confinement. Ce regain d’intérêt pour l’e-sport entraîne la structuration du secteur en Belgique. Les Belges cherchent en effet à rendre l’e-sport plus autonome afin de permettre la professionnalisation des joueurs qui, pour l’instant, ne sont pas bien vus dans le pays. C’est le défi que se sont lancé les autorités en charge du secteur qui expliquent en outre qu’ils sont en retard par rapport aux pays voisins.

De nouveaux défis attendent les Belges pour rendre autonome l’Esports

Tout comme dans le reste de l’Europe, la période du confinement a été favorable à l’augmentation des consommateurs d’e-sport. Cela fut confirmé par l’étude réalisée par Deloitte en Europe. L’étude a porté sur un échantillon de 15 000 personnes, dont 1 500 Belges. Il s’est avéré que 46 % des Belges interrogés ont reconnu leur familiarité avec le terme e-sport et plus de 30 % de Belges ont eu à consommer un produit e-sport. Ces résultats ont été rapportés par Vincent Fosty chez Deloitte.

Vincent Fosty a continué en expliquant les incidences qu’a eues la période de confinement. Contrairement aux sports traditionnels contraints de cesser de fonctionner, l’e-sport avait normalement continué ses activités. Cependant, les retombées financières n’étaient pas au rendez-vous. Pour cause, la situation sanitaire a engendré des crises financières. Certes, il y avait le nombre de consommateurs qui avait augmenté, mais l’absence d’événements majeurs a fait qu’il n’y a pas eu augmentation du chiffre d’affaires.

À l’instar des sports traditionnels qui sont sponsorisés, l’e-sport est également soutenu par des sociétés en Belgique. Le secteur est partagé entre deux entreprises dans le pays. Il y a l’entreprise Meta de Flandre et l’entreprise Imperium regroupant plusieurs autres sociétés dans le sud du pays. L’administrateur délégué de l’Imperium, Philippe Bouillon, a aussi témoigné de l’intérêt suscité par la période du confinement. Il a signalé que la communauté d’e-sport a augmenté de 50 % avec les différents événements de cette période uniquement. Il a poursuivi en précisant que ce sont des acteurs qui sont totalement nouveaux à l’e-sport qui ont gonflé ce chiffre.

Avec cet engouement manifeste à la discipline, la Belgique a remarqué son retard par rapport à ses voisins. Philippe Bouillon a expliqué que ses espoirs de voir le retard corrigé sont nuls, car les acteurs qui doivent être des moteurs du développement de l’e-sport n’en ont pas pris conscience. Cette conclusion de Philippe fut renchérie par l’Imperium. Ce dernier a souligné le fait que les joueurs belges vont faire carrière dans l’e-sport et deviennent des professionnels dans les pays voisins puisqu’il n’y a pas une politique de professionnalisation dans leur pays.


News